Qui vous êtes, définit ce que la moto représente pour vous – Partie 1

La liberté” et “l’aventure” asont les réponses habituelles des motards à qui l’on demande pourquoi ils en font.
C’est la même chose pour moi, mais il y a plus, beaucoup plus et ce « plus » définit la qualité, la sécurité de votre conduite, ainsi que l’appréciation de rouler en moto. En fait, vous pouvez améliorer activement tous ces points très facilement.
Continuez à lire.

Temps de lecture : 8 minutes

Qui vous êtes

est en fait ce qu’est la moto.

La liberté et l’aventure sont des sous-catégories.

Qu’est-ce que cela signifie ?

Certains motards ont une personnalité assurée à chaque instant, détendue, en contrôle absolu et ils réalisent de grandes choses à la fois sur la moto, que dans la vie en général.

Personnellement, je coche certaines de ces cases, mais sûrement pas toutes (travail en cours et, d’ailleurs je le trouve difficile à documenter publiquement, étant donné que je ne suis pas parfait … ma femme va probablement mettre cette déclaration de moi dans un cadre et l’accrocher au-dessus de notre lit … le pire endroit pour l’accrocher).

Ce que je suis, influence ce que je ressens, ce qui se reflète évidemment dans mon style de conduite. En bref :

Qui je suis = comment je me sens = comment je conduis.

Sur la moto, je me sens en sécurité, sûr de moi 99% du temps, car je contrôle la situation, je suis dans un état d’esprit méditatif et profite pleinement de la conduite. Appelons cela le mode 99% bien-être. Mais il y a aussi ce mode ennuyeux de 1%, comme lors d’une mauvaise journée ou autre. Je suis alors loin de tous les adjectifs positifs des phrases précédentes.

Lors d’une mauvaise journée, où je suis tendu et où je laisse mon style de conduite être influencé par les autres où lorsque les émotions négatives gâchent mon plaisir, la liberté, l’aventure et toutes les autres bonnes émotions ne s‘installent pas.

Ce n’est que lorsque je suis dans un état de 99 % bien-être que je peux les apprécier pleinement. C’est pourquoi « qui je suis » passe avant l’aventure et la liberté.

Pour ma part, j’ai trouvé un moyen d’entrer dans cet état d’esprit de 99 % bien-être et d’y rester. Oui, c’est en fait un état d’esprit. Quelque chose que vous pouvez influencer et contrôler. Continuez à lire.

En remontant dans le temps, j’ai vécu beaucoup d’émotions liées à la moto pendant l’une des périodes les plus intenses de ma vie de motard. En effet, lorsque j’avais entre 18 et 30 ans, je suis parti en moto avec différents groupes en parallèle. L’un de ces groupes était composé d’amis d’enfance et nous avons parcouru ensemble une partie de l’Europe sur nos motos. J’en ai encore des frissons rien qu’en écrivant cela, c’était une expérience exceptionnelle en ce qui me concerne.

Un autre groupe était plus axé sur le côté sportif de la conduite, et je suis heureux d’annoncer que j’ai survécu à cette période. Pour vous donner une idée : à l’époque, je roulais souvent sur ma BMW R75/5 avec des freins à tambour à l’avant et l’arrière. En descendant légèrement la pente, avec idéalement un peu de vent arrière, d’optimisme et des carburateurs bien synchronisés, vous pouviez interpréter 50 ch.

Avec un régime aussi élevé que vos oreilles puissent supporter, la moto soulève un peu l’arrière de la machine grâce aux forces du cardan. Cette partie arrière légèrement plus haute de la moto permettrait alors de gagner quelques degrés dans les virages, de sorte que l’éraflure inévitable de vos couvercles de soupapes se produirait dans la plupart des virages … arrive juste quelques degrés plus tard.

En même temps, vous essayez de calculer où votre cadre bien flexible vous laissera dériver dans le prochain virage (c’est une « Gummi Kuh » après tout… pour ceux qui connaissent le terme) et la seule bonne chose avec les freins à tambour était que le freinage de piste (trail-braking) était de toute façon nécessaire, car vous devez les frapper fort pendant longtemps pour que la moto ralentisse à la vitesse appropriée au prochain virage.

Ici, je dois ajouter un paragraphe spécial « J’aime BMW ». Je dois souligner que j’ai et que j’avais un amour très profond pour mes BMW et celles en général, et qu’elles étaient fabuleuses à conduire. Vous pouvez faire des choses étonnantes avec elles une fois que vous savez comment les conduire, et leur avantage est que leur comportement est assez prévisible. Elles ne m’ont laissé tomber qu’une seule fois en 30 ans (probablement de toute façon par mon erreur) et chaque fois que j’en vois une aujourd’hui, mon cœur bat la chamade.

Cette affirmation est valable pour les BMW de 1970 à 1985, car c’est ce que je conduisais à l’époque. Les BMW d’aujourd’hui sont des motos exceptionnelles, mais je préfère le style de ma Triumph Tiger 1200 XRT, alors que je pourrais être ouvert à une discussion sur le fait que la BMW GS est légèrement plus agréable à conduire. (Note aux propriétaires de BMW et de Triumph: veuillez continuer cette discussion dans les forums respectifs)

Revenons à l’histoire :

Nous étions en train de rouler d’Allemagne vers la France sur de petites routes de montagne sinueuses avec beaucoup de trafic pour suivre des locaux sur leurs superbikes asiatiques. En fait, aussi bien en montée, qu’en descente, nous devions trouver un moyen de compenser le manque de puissance de nos motos, (50 à 70 chevaux), ainsi que l’absence considérable d’efficacité de freinage par rapport aux superbikes de plus de 100 chevaux.

En montée, nous avons profité de ce que nous estimions être notre style de conduite supérieur. En descente, nous avons fait preuve de ce que je considérais à l’époque comme du courage. Aujourd’hui, j’utilise un autre mot pour désigner cet état d’esprit.

Nous avions également l’avantage de disposer de motos beaucoup plus maniables, principalement grâce à des pneus plus petits qui, comme vous le savez sûrement, vous permettent de faire beaucoup de choses dans les virages et impossible à réaliser avec un pneu de supermoto de plus de 180 mm. Des actions comme freiner alors que nous étions déjà dans ce virage que nous avions pris trop vite (autant dire pour le courage) et changer facilement d’angle sans que cela ait un impact sur la trajectoire. Tout cela a laissé une forte impression sur nos concurrents locaux.

Avec une BMW de 40 ans et un peu d’expérience, on peut avoir des vitesses de passage très sous estimées dans un virage.

Aujourd’hui et avec un peu de fierté, je peux dire que nous avions obtenu de très bons résultats sur le plan sportif durant cette période assez longue de ma vie, et je ne peux pas vraiment expliquer comment je rentrais à la maison en un seul morceau après chaque sortie. J’ai donc décidé d’arrêter de conduire ainsi (oh … ma femme est en train de me relire…).

Ma BMW R75/5 de 1975 (à gauche) en action dans les Alpes suisses en 2003 avec une BMW GS 800 de 1987.

Aujourd’hui, à chaque fois que j’enfourche ma moto pour me rendre au bureau de poste le plus proche, je me sens comme un mélange de Steve McQueen, Schwarzenegger et Ironman en une seule personne, à cause de toutes les émotions positives et les attentes qui y sont liées.
Je suis aussi à chaque fois un peu fébrile et nerveux lorsque je démarre et que je pars. J’ai parcouru quelques centaines de milliers de kilomètres sur de nombreuses motos différentes à travers de nombreux pays pendant des décennies. Mais j’éprouve toujours le même sentiment à chaque fois, car je suis tellement heureux de pouvoir prendre cette machine et d’être libre.
En même temps, je pense tout le temps à ma famille. Plus de défis acceptés par les autres (sauf.. très rarement, lorsque j’ai une journée parfaite à 100 %), plus de retour à la maison en essayant de comprendre comment j’ai réussi.

Alors comment puis-je rester dans le mode 99% bien-être?

En regardant ce film vous comprendrez peut-être mieux pourquoi, à chaque sortie, je fais une rétrospective des expériences positives du passé et j’essaie de visualiser comment le futur sera, et quel genre d’expérience je veux créer pendant le trajet.

En gros, je visualise le tour moto à venir avant de la faire: les different passages aux virages, comment je veux apprécier le paysage, si je veux rouler en relax ou plutôt sportive, etc.

J’essaye de ressentir ce que je veux éprouver pendant ma sortie, jusqu’a un point ou tous ces visualisation deviennent juste une sensation bien. Cette sensation de base et tout ce qui represent ma future tour en moto et je garde alors pour rouler que cet sensation positive en memoire, puis je vais rouler.
J’arrête ensuite d’y penser et, de temps en temps, lorsque la route le permet, je pratique une introspection par rapport à cette sensation.

Ainsi, même pendant une longue randonnée, je ne fais que 2 ou 3 contrôles rapides pour voir comment je me sens par rapport à cette sensation de base. Tout cela en conduisant. Je compare et si c’est pareil je prends note et si ce n’est pas pareil je prends aussi note. Du retour je compare alors just comment j’ai fait contre comment je voulais faire et c’est tout. Si on fait trop ici ca n’aide pas énormément. Le cerveau va garder ca en memoire pour la prochaine fois et ca fonctionne en arrière plan tout seul.

Une telle préparation m’aide à respecter la route, me recentre sur moi-même et mes valeurs et augmente énormément le plaisir de la balade.
Pour moi, une bonne balade à moto est comme une méditation et une séance de coaching tout à la fois.
Faire cet exercice est devenu une habitude avant chaque sortie, et cela ne prend que quelques secondes une fois que vous êtes dans la routine. Ce n’est pas un gros investissement pour l’impact potentiel.

Cependant, je fais ce genre de visualisations depuis que je suis enfant (une autre histoire – un autre jour) et aussi après avoir bu beaucoup de bières (il n’y aura pas d’histoire à ce sujet…). Donc c’est devenu une habitude et je le fais automatiquement et très rapidement, comme dans le film. Si vous commencez à le faire, vous devrez peut-être ralentir votre vitesse et prendre un peu plus de temps au début.

Si je suis conscient de qui je suis, je sais pourquoi je fais du vélo.
Cela influence la façon dont je fais du vélo.
C’est mon assurance-vie.

Deux scènes du film

Dans la deuxième partie de ce blog, je partagerai un exercice simple que je fais avant chaque trajet et qui m’aide à rester ancré et à augmenter mon expérience de conduite. Peut-être voulez-vous l’essayer – restez à l’écoute.

Et vous ? Que représente le vélo pour vous?

Comment vous mettez-vous en mode 99% bien-être?

Si vous aimez cet article, veuillez le commenter et le partager.

Merci !

Markus

5/5 - (2 votes)
ÉCRIRE UN COMMENTAIRE